Ville de SAINT‑GILLES
     
Agenda

Exposition : Saint-Gilles et la papauté



Du 11 juillet à mi-septembre – au Musée de la Maison Romane
dans le cadre de la célébration des 900 ans de l’abbatiale.

Une exposition, présentée par la Ville de Saint-Gilles, dans le cadre du projet "1116-2016 : naissance et renaissance d’un monastère roman", et conçue par Lucie Gibelin, à l’occasion de son stage au sein de l’association d’Histoire, d’Archéologie et de Sauvegarde de Saint-Gilles.

Elle relate les différents liens ayant existé entre la ville et les souverains pontifes (offrandes papales, sacralisations, bulles ou visites officielles) et dépeint certains personnages qui ont fait la gloire ou causé la décadence de Saint-Gilles.

Etapes historiques :

Consécration d’un autel par Urbain II : venu en visite officielle, peu de temps après avoir prêché la première croisade, au Concile de Clermont, le 27 novembre 1095.

Appel à la croisade d’Innocent III : instaurateur d’une théocratie pontificale, Innocent III, symbole de la toute-puissance de l’église, se veut le gardien de la morale chrétienne, et excommunie nombre de seigneurs féodaux qui ne respectent pas la doctrine catholique. L’assassinat, le 15 janvier 1208, du légat du Pape Pierre de Castelnau, sur l’une des rives du Rhône à Saint-Gilles, sonnera le glas de l’apogée de la cité médiévale, alors grande puissance économique du fait de son port et de son pèlerinage
Innocent III lance l’appel à la croisade contre les cathares en mars 1208, devant la résistance de certains barons du Midi et du comte de Toulouse à lutter contre le catharisme, jugé impie.
"En avant donc, chevaliers du Christ ! En avant, vaillantes recrues de l’armée chrétienne ! (…) Appliquez-vous à détruire l’hérésie par tous les moyens que Dieu vous inspirera (…). Quant au comte de Toulouse (…), chassez-le, lui et ses complices, des tentes du Seigneur. Dépouillez-les de leurs terres, afin que les habitants catholiques y soient substitués aux hérétiques éliminés…".

Clément IV : bienfaiteur de la ville : natif de Saint-Gilles, il devient jurisconsulte sous le règne de Louis IX. Devenu Pape en 1265, il tentera de donner un nouveau souffle à sa ville. De nombreuses indulgences sont accordées, notamment aux personnes qui contribueront à la construction de l’abbatiale. Il s’éteint le 27 novembre 1268 et ne verra donc pas le rattachement du comté de Toulouse au royaume de France, deux ans plus tard
Une perte d’importance pour l’église de Saint-Gilles, qui mènera à sa sécularisation. Elle changera de statut et devient collégiale en 1538, suite à la rédaction de la bulle ordonnée par Paul III.