Art contemporain

L’exposition "Mythologie éphémère" à découvrir face à l’abbatiale


La Ville de Saint-Gilles, en collaboration avec l’association Aldébaran, installe une exposition d’art contemporain baptisée "Mythologie éphémère".

Ouverte du 09 juillet au 19 septembre, l’exposition sera installée dans els locaux commerciaux encore inoccupés mais entièrement rénovés.

Après Koichi KURITA en 2019, la Ville de Saint-Gilles prouve par là son attachement à l’art contemporain en général, et consacre d’ores et déjà la place de l’abbatiale comme un centre touristique et culturel majeur de la cité.

PNG - 1010.3 ko

Présentation de l’artiste :
Fanatique du ciseau et de la photo, Cyril Hatt semble prendre un certain plaisir à jouer avec notre perception du volume.
Depuis 1999, il mène un travail dans lequel la photographie, envisagée comme matériau, subit une série de détournements. Ainsi, ses images sont morcelées, éclatées ou reconstruites, grattées, griffées, déchirées et « réagrafées ».
A partir de 2003, apparaissent dans sa production des volumes photographiques. Les objets photographiés, souvent inspirés du street-art, sont reproduits à leur échelle en 3D, après avoir subi donc une série d’altérations et de montages. Ils tendent ainsi à recomposer des « paysages d’images » dépossédés de leur fonction originale, tout en restant des images issues de notre quotidien. Paradoxalement bricolé et sophistiqué, le résultat est particulièrement troublant. Ces objets n’ont finalement que leur fragilité́ à nous offrir, les rendant ainsi sensibles et les détachant du ludique ou de l’anecdote.
[texte de Nicolas Rosette]

JPEG - 383.1 ko

Pour Saint-Gilles, Cyril Hatt a imaginé une exposition comme un diptyque entre les deux locaux situés au 3 et 7 place de la République. L’exposition proposée par l’association Aldébaran, en collaboration avec la Ville de Saint-Gilles, donne à voir un ensemble d’œuvres en trois dimensions qui questionnent notre perception, comme autant d’images éphémères.

Pour aller plus loin, lisez le dossier de presse en cliquant ICI